Limiter les niches fiscales, mais pas les services à la personne

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Il me semble qu'avant toute intervention sur les niches fiscales qu'il faille pourvoir d'urgence à l'insuffisance des revenus en France pour une parfaite intégration dans la vie sociale quotidienne, hors c'est loin d'être le cas dans notre pays riche. 

Car l'âpreté pour certains qui se verraient privés d'une niche fiscale aurait l'effet de se reporter sur les revenus par de la décroissance indigne et grossirait la précarité mais aussi la pauvreté.

Pour rappel font partie des besoins de sa vie privée nécessaire à tous et de tout à chacun  de quoi pourvoir au coût de : (il va sans dire qu'à l'évidence il faille aussi l'accès à toutes ces nécessités humaines)

- son loyer (son energie, ses taxes, son assurance et autres)

- son transport (véhicule, carburant, entretien et assurance, stationnement, transport alternatif)

- son alimentation (petit déjeuner, déjeuner, encas/goûter, dîner, extra exceptionnel, boisson et autres)

- son habillement (chaussures comprises, vêtements de tous les jours, tenue de nuit, tenues formelles, sport, accessoires)

- son équipement (indispensable pour communiquer et améliorer son confort ou son aide quotidienne) (salon, cuisine, SDB, Chambre, luminaire, déco, autres)

- son hygiène (produit d'hygiène, cosmétique, soins, pharmacie)

- sa santé (complémentaire et reste à charge)

- sa vie sociale (vacances, sorties, activité  hebdo, produits culturels et jeux, cadeaux)

S'il existe beaucoup de salariés bénéficiant d'une somme constante de rémunération fragilisée par le droit du travail quant à sa pérénité et pour beaucoup insuffisante pour avoir une vie décente, aujourd'hui chacun sait qu'existe tout autant des salariés ayant des sommes de rémunération inconstantes et variées d'un bout à l'autre de l'année. Selon sa composition familiale, c'est alors que toute une famille peut vivre d'insuffisance dans l'indifférence méprisante (monoparentaux) mais pour être précis, la personne seule parent séparé voit croître son budget transport si elle désire maintenir le contact avec ses enfants ou s'impose ce transport au parent monoparental qui ne sera alors pas tellement aidé à s'en sortir correctement, ce détail semble grandement échapper à la connaissance de ceux qui étudient le rapport du budget souhaitable qui se porte à environ 1424 euros par mois net révisable d'après toutes les augmentations des tarifs en cours pour être adéquate avec l'année du présent pour éviter le nombre croissant de banqueroute économique qu'il faudrait pour avoir une vie quotidienne qui surmonte au lieu de se voir dégradée et évidée du simple pouvoir de vivre qui ajusterait l'égalité des chances compatible avec son époque.

Si résoudre ce délicat problème qui vise un français sur cinq ne s'attèle pas d'attentions à remédier au grand projet d'égalité pour éradiquer la pauvreté, c'est qu'au fond, tout conduit à le produire.

Il me paraît essentiel que le débat devrait se focaliser sur ce fait réaliste.

L'exigence du service à la personne se multiplie en qualification qu'il devient appauvrissant pour celui ou celle qui sert la ou les personnes en terme de santé et d'usure non reconnues ou pas assez, pourtant le besoin ne s'est jamais autant fait sentir.

 

 

  • Nouveau
  • 06/02/2019 13:31
  • Par

C'est vrai que le salarié moyen peut bénéficier de 10.000 euros de Credit d'impot... c'est une mesure très sociale... par exemple le smicard, peut employer qq pour 10.000 euros par an pour toucher un super crédit d'impot....

Merci la droite

 

 

vous savez quand meme quil n y a pas que des smicards en France?

Vous pensiez aux bénéficiaires du RSA ?

Et comme l'a dit un député Larem, hier, à l'Assemblée, je crois même que c'était Guérini:" Une prime d'activité de 100 €, c'est bien quand on est en panne  de voiture !"

 

Qu'ils se taisent, si'ou plaît qu'ils se taisent !!! Quand on voit tous les pauvres gens qui travaillent, n'ont pas le sou, et se font retoquer le véhicule au contrôle technique . 1 200 euros pour le dernier qui m'en a parlé , ça se trouve pas sous le sabot d'un cheval , 1200€ !!!

46 % des français n'ont pas assez de revenus pour payer des impôts donc ne bénéficient pas de la niche fiscale même si ils ont besoin d'une aide à la maison en admettant qu'ils puissent payer la moitié du prix horaire

50% des français gagnent moins de 1775 euros brut:  le salaire médian est beaucoup plus bas que le moyen : environ 1775 euros par mois en 2017 (insee). La moitié de la population gagne donc moins. Celles et ceux là ne bénéficient pas des niches fiscales.

Tandis que mettons que je sois très riche , j'investis dans l'Art contemporain (celui qui ne compte pour rien d'après Frank Lepage) , mais rapporte beaucoup. Je fais d'une pierre six coups:  je me redore le blason de fils à papa, j''économise d'autant en  impôts;  j'investis dans mon patrimoine; et je peux spéculer sur le marché de l'art avec mon tableau (dont je n'ai rien à foutre) , c'est plus discret qu'avec des sous.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

" Je ne suis pas pour augmenter les impôts" nous dit  le ministre Lemaire et il ajoute "surtout pas  les droits de succession".

S'il faut changer la fiscalité ( c'est bien entendu nécessaire selon moi) les droits de succession devraient être concernés en priorité.
En second lieu la création d'une tranche supplémentaire de l'impôt sur le revenu pour remplacer l'ISF.
Allèger la TVA pour les produits de première nécessité.

JP N

Pour moi, les NICHES (quel mot de cabot!) pour dons aux partis politiques est un véritable scandale. Pauvre Coluche, s'il savait ....

Pour les autres niches, Macron poursuit son chemin  en dilettante : rien,ni personne ne l'arrête 'cf: ses origines économiques ... sur Médiapart )

Quant à la taxation de la plus-value sur la vente de son habitation principale .... Autrefois on investissait dans la maison pour la transmettre à ses enfants, moi, aujourd'hui,  j'espère qu'il m'en restera assez, après la vente pour payer mon EHPAD ... 

 

Je n'en peux plus, à la retraite, je vais faire un burn-out !!!

  • Nouveau
  • 06/02/2019 17:14
  • Par

Plus que pour "baisser les impôts", "ils sont là" pour offrir sur un plateau d'argent tout le patrimoine collectif de la France à une poignée de fraudeurs fiscaux.

Parce que c'est son "projeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeet" !

Et que c'est conforme aux désidératas de l'UE, qui ont étés acceptés par les gouvernements qui se suivent, se ressemblent et ont fini par s'assembler aux pieds du blondin.

  • Nouveau
  • 06/02/2019 17:24
  • Par

Monsieur le ministre s'intéresse à 14% des exonérations d'impôts, celles à disposition des particuliers. Le même avoue que la moitié de ces facilités profitent à seulement 9% des contribuables. Bien sûr les plus riches.

Pas un mot sur les 86 % des niches qui s'adressent aux milieux économiques.

Il va en falloir des "Grands-débats" !

Monique et Michel Pincon-Charlot, "Pourquoi les riches..." © Nouvelle Donne

Ce qu’oubli de dire Gerald Darmanin, c’est que les « niches » fiscales sont du fait des politiques publiques du gouvernement. L'analyse exhaustive du budget  « Remboursements & dégrèvements » montre qu’il est en constante augmentation :

  • 108,2 Md€ en 2017
  • 124,6 Md€ en 2018
  • 135,6 Md€ en 2019

En se référant au document « Evaluations & Moyens du budget 2019 » , le budget « Remboursements & dégrèvements » se décompose de la façon suite :

budget-remboursement-degrevement

Ce que l’on s’aperçoit c’est qu’entre les recettes brutes des différents impôts et les remboursements et dégrèvements de toutes sortes associés, il y a beaucoup de gestion comptable, qui soyons en sur n’est pas un gage de simplicité, et par conséquent doit coûter cher.  

Impôt sur le revenu

Les recettes brutes de l’impôt 2019 sur le revenu à la source (qui n’intègre pas les crédits d’impôts liés aux politiques publiques du gouvernement)  s’élève à 86,961 Md€. De ces recettes brutes sont retranchés les différents crédits d’impôts sur :

  • l’année « blanche 2018 », conformément au CIMR (Crédit Impôt de Modernisation de Recouvrement)
  • l’emploi de personne à domicile
  • la garde d’enfants
  • les dividendes de revenus d’assurance vie
  • les dividendes de revenus du capital (voir effet de la Flat taxe, sur un exemple concret)
  • etc …

D’où le budget « Remboursements & dégrèvements » de 16,481 Md€ sur l’impôt sur le revenu, sur lequel Gerald Darmanin veut s’attaquer. 

Ce qu’il oublie de dire c’est que 2019 est une année double peine (comme pour le CICE), car l’état devra server les crédits d’impôts de 2018 et 2019, la même année.

Impôt sur les sociétés

 Les recettes brutes de l’impôt 2019 sur les sociétés s’élève à 65,433 Md€. De ces recettes brutes sont retranchés :

  • les montants que les sociétés ont trop versées par rapport à la clôture de leur chiffre d’affaire
  • le crédit d’impôt recherche (CIR)
  • le crédit d’impôt en faveur du CICE (25 Md€ en 2019)

Et pourtant il y aurait à dire sur l’efficacité du CICE : mesurer l’efficience de cette mesure, réclamer les montants aux sociétés qui délocalisent, etc ..

Taxe sur la valeur ajoutée 

Les recettes brutes de la TVA s’élève à 186,268 Md€. De ces recettes brutes sont retranchés la TVA déductible que les professionnelles déduisent sur les achats qu’ils ont pu faire. 

TIPCPE et CSB

La part de TIPCPE (la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) attribuée au budget général s’élève à 17 Md€. De ces recettes brutes sont retranchés les remboursements sectoriels aux taxis, exploitants agricoles, véhicules routiers,etc …

Impôts locaux

Il y a toujours des dégrèvements législatifs sur la taxe d’habitation et la taxe foncière pour les foyers fiscaux les moins aisées. Mais avec la décision de Macron de « supprimer » la taxe d’habitation pour 80% des foyers fiscaux, l’Etat reverse les montants aux collectivités territoriales, d’ou l’explosion du budget « Remboursements & dégrèvements ».

Sur les 19,958 Md€, il y a 11,154 Md€ rien que pour la taxe d’habitation en 2019.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale