Mais pourquoi donc vouloir revenir à une présidence de sept ans?

Après Martine Aubry, vendredi 2 avril, dans Mediapart, c'est au tour de l'ancien premier ministre Dominique de Villepin de juger le mandat présidentiel trop court. Mediapart a interrogé trois constitutionnalistes – Olivier Duhamel, Guy Carcassonne, Dominique Rousseau – sur l'hypothèse et la possibilité d'un «retour en arrière» institutionnel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce fut l'une des perles de l'entretien accordé par Martine Aubry à Mediapart, vendredi 2 avril (lire ici): une remise en cause soudaine du quinquennat. En déclarant «que le temps actuel est un temps qui ne permet pas de prendre en considération la complexité de la société, le temps de la démocratie et le temps de l'action», Martine Aubry a surpris toute la classe politique.