Le trésorier de Marine Le Pen se déchaîne sur Facebook

Par

Derrière sa page Facebook officielle et lisse, le trésorier du microparti de Marine Le Pen étale ses idées radicales sur plusieurs comptes anonymes. Mediapart et Marianne ont retrouvé les multiples pages Facebook d'Axel Loustau, bien loin de la fameuse « dédiabolisation » de la candidate du FN.

 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Depuis plusieurs années, il officie sous différents comptes anonymes, passant de l'un à l'autre. Une demi-douzaine de profils sur Facebook, un peu moins sur Twitter. Des pages où l'on retrouve les mêmes « amis », tous issus de la nébuleuse d'extrême droite, et sur lesquelles Axel Loustau déverse ses idées radicales. Jusqu'à des allusions implicites au IIIe Reich ou à la Shoah.

Ce proche de Marine Le Pen possède pourtant une page officielle sur les réseaux sociaux (ici sur Facebook,  sur Twitter). Depuis qu'il a entamé une carrière politique, l'élu FN s'efforce en effet de faire oublier sa radicalité. De son passé sulfureux dans les rangs du Groupe Union Défense – un groupuscule étudiant d'extrême droite violent – et de son goût pour la castagne, aucune trace dans la vitrine officielle. C'est sous des comptes pseudonymes (Edmond Dantes) ou anagrammes de son nom (Alex Talusou, Alex Soulatu, Alex Saloutu ou encore Ax EL) qu'il s'exprime sans complexe. Mediapart et Marianne ont retrouvé ces multiples pages Facebook où l'argentier de Marine Le Pen étale des idées bien loin de la fameuse « dédiabolisation » du Front national. 

Fondateur d'un groupe de sociétés de sécurité qui a travaillé pour le FN, Axel Loustau s'est reconverti dans la politique. En 2012, il est devenu trésorier de Jeanne, le microparti de Marine Le Pen. Trois ans plus tard, il a été élu conseiller régional des Hauts-de-Seine, et s'est vu confier, dans la foulée, la tête de la fédération du département. Aujourd'hui aux commandes de la cellule financière de la campagne présidentielle frontiste, il a déjà annoncé qu'il serait candidat aux législatives. C'est peu dire qu'il est un maillon important du dispositif de Marine Le Pen. Mais depuis quelques semaines, il est aussi devenu un personnage très encombrant pour la candidate frontiste.

Il y a quelques jours encore, Axel Loustau paradait sous le pseudonyme d'« Edmond Dantes » sur Facebook, où il défendait bec et ongles le clan du GUD qui entoure la candidate du FN. À commencer par son acolyte Frédéric Chatillon, autre vieil ami de Marine Le Pen reconverti dans la communication, et lui aussi au cœur du réacteur de la campagne présidentielle (dont il est salarié). Lorsque celui-ci est mis en cause dans les Panama Papers, en avril 2016, pour son montage offshore, Edmond Dantes monte au créneau pour défendre « un chef d'entreprise honnête qui a investi en Asie ».

Sur cette page, Axel Loustau affiche fièrement une photo souvenir de leurs grandes années, sur laquelle il apparaît en smoking et cocard à l'œil gauche, en 1992, au mariage de son ami. Les deux jeunes hommes militaient alors ensemble au GUD, que dirigeait Chatillon, et multipliaient les bagarres.

Frédéric Chatillon et Axel Loustau, en 1992. Photo postée en mars 2017. Frédéric Chatillon et Axel Loustau, en 1992. Photo postée en mars 2017.

Le trésorier du microparti de Marine Le Pen continue d'ailleurs de commémorer le 9 mai, jour anniversaire pour l'extrême droite radicale, qui rend hommage à l'un de ses militants, Sébastien Deyzieu, mort en 1994 en marge d'une manifestation du GUD.

 © Document Mediapart © Document Mediapart

Sur ce compte, le conseiller régional dialogue avec une partie des ultras d'extrême droite, ancienne et nouvelle génération. À l'instar de Logan Djian, jeune chef du GUD à Paris mis en examen pour « violences aggravées » fin 2015. Axel Loustau plaisante aussi avec son ami Jean-Lin Lacapelle, promu secrétaire national aux fédérations du FN par Marine Le Pen, et avec qui il siège au conseil régional :

Axel Loustau lors de sa campagne régionale, en novembre 2015. © Document Mediapart. Axel Loustau lors de sa campagne régionale, en novembre 2015. © Document Mediapart.

Pêle-mêle, « Edmond Dantes » relaye les publications du Front national, fait la promotion du travail de sa femme, poste une photo de son fils avec Jean-Marie Le Pen, en décembre 2016, au manoir de Montretout, livre ses analyses de l'affaire Fillon ou des problèmes de santé de Jacques Chirac :

 © Document Mediapart © Document Mediapart

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Cette enquête est la suite d'un travail commun de Marine Turchi (Mediapart) et Mathias Destal (Marianne), coauteurs du livre Marine est au courant de tout..., paru chez Flammarion le 15 mars, et décliné dans un documentaire diffusé par « Envoyé spécial », sur France 2.

Questionnés à de multiples reprises par Mediapart, Axel Loustau et Frédéric Chatillon n'ont jamais accepté de répondre sur ce sujet. Pas plus que Marine Le Pen. À nouveau sollicités cette semaine, ils n'ont pas donné suite. Nous avons choisi de masquer, dans les échanges Facebook contenus dans l'article, les identités des commentateurs qui ne sont pas des personnages publics.