Dans le rétro du FN: 2012: l’avènement de Marine Le Pen

Par Valérie Igounet

L’historienne Valérie Igounet décrypte les six présidentielles du Front national. Dernier volet de sa série : l'élection de 2012, où Marine Le Pen, sans changer les axes du programme de son père, tente d'imprimer l'image d'un nouveau parti et de puiser ses thématiques dans le terreau de la gauche traditionnelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une élection qu’il faut appréhender dans la durée. À savoir, remonter aux législatives de juin 2007. Marine Le Pen confirme alors son travail d’implantation à Hénin-Beaumont. Ses 41,06 % de voix obtenus au second tour sont, certes, le résultat du travail en amont de Steeve Briois et de Bruno Bilde qui y ont pratiqué un « maillage militant particulièrement efficace ». Mais même si elle est battue, Marine Le Pen sait que cette nouvelle étape la mène vers d’autres perspectives dont une essentielle : la succession à Jean-Marie Le Pen.