« Tailler en pièces » « de façon démocratique » « ces mouvements d'inspiration fasciste et nazie qui font du tort à la République ». C'est ce qu'a promis, jeudi après-midi, Jean-Marc Ayrault  au Sénat, où il était interrogé sur la mort de Clément Méric. « Notre responsabilité est non seulement de veiller à ce que ces idées ne prospèrent pas et de trouver les réponses juridiques, politiques, pour que tous ces mouvements racistes, antisémites, homophobes soient combattus », a-t-il expliqué lors de la séance de questions d'actualité.