Mort de Clément Méric : « Un crime politique dégueulasse »

Par

Plusieurs rassemblements ont eu lieu ce jeudi 6 juin, en hommage à la mémoire de Clément Méric, battu à mort par des militants d'extrême droite. À Sciences-Po ou dans le bar “antifasciste” qu'il fréquentait, tous dénoncent un assassinat qui intervient dans « climat pourri », qui « dure depuis quatre mois ».
Reportage avec vidéo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’air est lourd quand la foule d’étudiants rassemblée dans l’étroite rue Saint-Guillaume entame le Chant des partisans.  Haut et clair d’abord, le chant se termine en murmure : « Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe /Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place… » S’ensuit un interminable silence. Ils sont quelques centaines ce jeudi midi venus devant Sciences-Po pour rendre hommage à leur camarade Clément Méric, mortellement agressé par des militants d’extrême droite.