Petits tours de passe-passe de l'enseignement catholique en banlieue

Par
Avec son plan «égalité des chances», l'enseignement catholique continue son implantation dans des zones plus populaires. Avec le soutien de pouvoirs publics plus que bienveillants malgré des critères sociaux très flous.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Egalement durement touché par les 16.000 suppressions de postes prévues dans l'éducation pour la rentrée 2011, l'enseignement catholique contre-attaque. «Ça va tourner autour de 3.000 postes en moins en 2011, estime Fernand Girard, délégué général au secrétariat de l'enseignement catholique. Nous allons être extrêmement vigilants, nous ne nous laisserons pas intimider et nous allons nous battre.» Prenant les devants, la conférence des évêques et le secrétariat général de l'enseignement catholique ont créé en février 2010 une fondation Saint Matthieu, destinée à lever 1 milliard d'euros dans les dix prochaines années, pour rénover et construire des établissements catholiques. Laquelle fondation a été aussitôt reconnue d'utilité publique (RUP) par un décret du 16 février 2010 du ministère de l'intérieur. Une jolie niche fiscale pour les Français assujettis à l'impôt sur la fortune, qui pourront défiscaliser 75% de leurs dons à cette fondation jusqu'à un plafond de 50.000 euros. Les particuliers pourront également déduire 60% du montant des dons, et les entreprises 66%.