Dépenses des députés : un embryon de moralisation

Par

Mediapart révèle qu'avant de partir en vacances, l'Assemblée nationale a fait un petit pas en matière de transparence. Après la polémique sur l'indemnité pour frais de mandat des députés (IRFM), elle a décidé de supprimer une « facilité » qui permettait aux élus de la gonfler de manière artificielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La polémique a du bon. Après les révélations de Mediapart sur l’usage détourné que certains députés font de leur enveloppe IRFM (indemnité pour frais professionnels), l’Assemblée nationale, sommée de moraliser son fonctionnement, semble vouloir donner des gages à l’opinion. D’après nos informations, les trois questeurs en charge de la gestion financière de la maison (deux élus PS et un UMP) ont décidé, le 31 juillet, au cours de leur dernière réunion, de supprimer une « facilité » qui permettait aux députés de gonfler leur compte IRFM de manière artificielle.