«Etre-là», un regard radical sur la psychiatrie en prison

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Être-là est d'abord un film sur le travail. Mais sur un travail invisible. Car quoi de plus imperceptible que la psychiatrie en prison ? Il faut d'abord ressentir la nécessité d'approcher non seulement des personnes condamnées pour des crimes ou délits, mais qui, de plus, perdent la raison, sont submergés par l'angoisse, aux prises avec des délires, reviennent de tentative de suicide. Autrement dit, aller voir dans les marges de la marge. Il faut ensuite convaincre l'administration pénitentiaire de laisser entrer des caméras dans ses murs, puis saisir le geste qui tente de soulager la douleur psychique. Il faut enfin trouver la forme qui permet de dire l'humanité de ces liens sociaux. Autant d'obstacles qui empêchent l'image.