Entre Covid-19 et attentats, les défenseurs des droits humains en état de sidération

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Défendre les droits humains en cette période de double crise, sanitaire et terroriste, n’est pas chose aisée. Alors qu’associations, avocats, universitaires tentaient déjà, tant bien que mal, d’alerter sur l’accumulation des législations d’exception de ces dernières années, l’irruption de l’épidémie de Covid-19 a bouleversé la situation. Désormais, ils doivent en plus combattre sur un nouveau front, celui de l’état d’urgence sanitaire.