Bettencourt: le procureur Courroye hors la loi

Par
Philippe Courroye a bien enfreint la loi sur la protection des sources des journalistes, a estimé mardi 6 décembre la Cour de cassation. Le procureur de Nanterre avait demandé les factures téléphoniques détaillées (« fadettes ») de plusieurs journalistes qui travaillaient sur l'affaire Bettencourt. Proche de Sarkozy, il demeure en poste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye, a enfreint la loi en demandant les factures téléphoniques détaillées (« fadettes ») de plusieurs journalistes, afin d'identifier les auteurs de fuites sur l'affaire Bettencourt. C'est ce qu'a jugé mardi 6 décembre la plus haute juridiction pénale française, c'est-à-dire la chambre criminelle de la Cour de cassation.