Violences policières: Cédric Chouviat est mort d’une asphyxie avec fracture du larynx

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cédric Chouviat n’est donc pas mort d’un simple « malaise cardiaque », comme les policiers qui l’ont contrôlé à Paris le 3 janvier auraient voulu le faire croire. Dans un communiqué du 7 janvier et après la diffusion de vidéos mardi matin par Mediapart, le procureur de la République Rémy Heitz a rendu publics les premiers éléments de l’autopsie faisant état d’une « manifestation asphyxiée avec une fracture du larynx » et d’un « état antérieur cardiovasculaire ». Ces résultats, ainsi que les auditions et les exploitations d’enregistrements vidéo, ont conduit le parquet à ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire, conformément aux souhaits de la famille de Cédric Chouviat.