Quand Emmanuel Macron piétine les autorités administratives indépendantes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Imagine-t-on un seul instant qu’un influent homme d’affaires ayant travaillé plus de dix ans pour le sulfureux fonds d’investissement BlackRock puisse un jour être porté par Emmanuel Macron à la présidence de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ? Ou alors qu’un dirigeant connu du groupe TF1 soit porté dans les mêmes circonstances à la présidence du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ? Ou encore qu’une ex-figure du groupe Sanofi soit nommée à la tête de la Haute Autorité de santé ?