Réfléchir sur les nationalisations de 1981 pour construire une alternative au néolibéralisme

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’idée peut paraître saugrenue : revenir sur l’expérience des nationalisations de 1981-83. Car si la doxa du temps remet volontiers en cause certains aspects du capitalisme moderne, elle ne veut pas entendre parler de nationalisations réfléchies, larges et systémiques comme l’entendait le programme commun de la gauche de 1972 largement repris par François Mitterrand dans son programme de 1981.