Social : l'état d'urgence

La CFDT aux prises avec sa base chez Sanofi

Pour la direction de la CFDT, Pascal Vially, son coordonnateur chez Sanofi, « a failli » en manifestant au côté de la CGT pour une loi contre les licenciements boursiers. Une affaire qui rend furieux les militants.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Le 29 janvier dernier, près du ministère du travail, à Paris, à l’initiative du collectif Licenci’elles, plusieurs centaines de salariés défilaient pour rappeler François Hollande à ses promesses. Tout en réclamant une loi contre les licenciements boursiers, leur cheval de bataille, ils dénonçaient l’accord national interprofessionnel sur la réforme du marché du travail, « le compromis de la honte qui précarise le salarié et facilite les licenciements », signé deux semaines plus tôt par les partenaires sociaux.
Dans le cortège : principalement des bataillons de la CGT et de Force ouvrière, les deux syndicats non signataires ; des figures de la gauche de la gauche, comme Olivier Besancenot et Philippe Poutou du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), mais aussi une centaine de salariés de Sanofi, militants de la CFDT, le principal signataire de l’accord sur l’emploi. Signe du grand écart qui peut exister entre la base et le sommet d’une organisation syndicale, les employés du quatrième groupe mondial pharmaceutique n’ont pas suivi ce matin-là la ligne de leur organisation.


Non seulement la centrale désapprouvait cette manifestation, mais pour elle, l’accord du 11 janvier est « une bonne base » pour encadrer les licenciements injustifiés type boursiers. Une position loin de faire l’unanimité dans le rang des cédétistes Sanofi. Chez le leader français de la pharmacie, la CFDT n’est pas une petite section. Aux dernières élections professionnelles, la centrale a totalisé plus de 30 % des voix. Syndicat majoritaire, il représente quelque 8 000 salariés sur les 28 000 que compte le groupe.
Aujourd’hui, la rupture entre les cédétistes Sanofi et leur direction porte un nom : Pascal Vially, coordonnateur de la liaison CFDT, sorte de trait d’union entre les délégués syndicaux et centraux des différents sites Sanofi. Salarié de la division “vaccins” à Marcy-l’Étoile dans le Rhône, syndicaliste depuis les années 2000, il est l’un de ceux qui, médiatiquement, mènent le combat, depuis que le groupe a annoncé en juillet 2012 un plan de restructuration prévoyant d'ici à 2015, 914 suppressions nettes d'emplois et 800 redéploiements par mobilité interne, dont 300 d'une région à l'autre.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Énergies — Note de veille
par Martine Orange et Thomas Schnee
Politique — Reportage
par Jean-Louis Le Touzet
Gauche(s)
par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Médias — Parti pris
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik