Sarkozy, l'épuisement d'un système

Par

Nicolas Sarkozy poursuit Patrick Buisson. Autant dire que le créateur attaque sa créature, et s’attaque donc lui-même. Le nouvel épisode, qui mène à la Cour de cassation via un téléphone secret, jette une lumière terrible sur celui qui aspire à redevenir président de la République.      

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas encore « les dix petits nègres » d’Agatha Christie, ou plutôt « les dix grands hommes de l’ombre », mais ça commence à y ressembler. Buisson : poursuivi. Guéant : entendu. Squarcini : jugé. Balkany : soupçonné. Tapie : mis en examen. Pérol : même chose. Thierry Gaubert : idem. Hortefeux : condamné. Herzog : perquisitionné. Sans parler de Jean-François Copé qui ne fait pas vraiment partie du cercle… Et maintenant, pour couronner le tout, Gilbert Azibert, cet avocat général près la Cour de cassation qui renseignait l’ancien président afin de bloquer l’instruction sur l’affaire Bettencourt (notre article ici).