Manifester contre les violences sexistes au travail

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le 8 mars n’est pas la journée de la femme, et certainement pas une journée qui se fête. » Les choses sont claires. Pour Cécile Gondard-Lalanne, co-porte-parole du syndicat Solidaires, comme pour les neuf autres femmes à ses côtés ce mercredi 7 mars dans les locaux parisiens du Planning familial, la journée du droit des femmes, le 8 mars, est « une journée de lutte, une journée collective ». Son but à moyen terme est d’enfin « parvenir à une égalité réelle, et non formelle » entre les hommes et les femmes, particulièrement dans le monde du travail.