Une enquête témoigne de l’ampleur des violences faites aux femmes dans les médias

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire de la Ligue du Lol a eu l’effet d’une onde de choc dans les médias, qui peinaient à mener leur propre introspection depuis l’émergence du mouvement #MeToo, il y a un an et demi. Dès sa révélation par Libération, certains ont expliqué qu’elle ne concernait qu’une minorité de journalistes, un petit club d’hommes qui, pendant dix ans, cachés derrière l’anonymat du Web, avaient harcelé, pourchassé et dénigré des femmes, des homosexuels, des juifs, des personnes racisées, des personnes précaires ou avec un lien de subordination.