Même s'il est un ami de Nicolas Sarkozy et un client d'Alain Minc, Stéphane Courbit est depuis quelque temps bien malheureux en affaires. Après avoir acquis une participation à un prix exorbitant dans Direct Energie, la privatisation à son profit de la régie publicitaire de France Télévisions est en train de lui passer sous le nez. Et, selon des informations confidentielles dont dispose Mediapart, de nouvelles difficultés l'attendent dans l'autre secteur sur lequel il fonde beaucoup d'espoir, celui des jeux en ligne: l'association qu'il avait en effet annoncée un peu imprudemment en décembre dernier avec le groupe Louis-Dreyfus ne s'est en réalité pas réalisée, sans qu'il en soit fait la moindre publicité.