La société Toreador investie par les anti-gaz de schiste

Par
Le collectif «Non aux gaz et aux huiles de schiste» a voulu alerter mercredi sur la présence de forages polluants en Île-de-France en s'invitant dans les locaux de l'entreprise américaine Toreador, au cœur du marché français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rendez-vous était donné à 11 heures devant la gare Saint-Lazare, à Paris. Le collectif « Non aux gaz et aux huiles de schiste » a tenu, mercredi 6 avril, à alerter sur la présence de forages polluants en Île-de-France. Équipés de tenues de protection et de masques à gaz, les membres du collectif parisien se sont invités à la table de réunion de Toreador Energy France. L'entreprise américaine (dont Julien Balkany, demi-frère du maire de Levallois-Perret, est conseiller du PDG) se trouve au cœur du marché français de l'extraction de l'huile de schiste, l'énergie fossile dont on dit qu'elle pourrait remplacer un jour le pétrole. Malgré le moratoire mis en place par le gouvernement sur le sujet, Toreador a d'ores et déjà annoncé son intention de débuter les forages le 15 avril prochain. Après une entrée fracassante dans les bureaux de la compagnie aux cris de «No Gazaran», le collectif, qui regroupe partis politiques et associations (Parti de gauche, Europe Ecologie/Les Verts, NPA, Greenpeace, Les amis de la terre, Les décroissants...), a proposé aux employés de goûter «l'eau de Seine et Marne». Le liquide brunâtre plein de résidus noirs n'a tenté personne.