«La dernière allocution présidentielle, quel culot!»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Cela va faire cinq ans que je travaille en réanimation à Saint-Louis. Je suis en train de terminer six mois sur un poste transversal, où je suis notamment censée aider les nouvelles infirmières. C’est un poste génial même si en ce moment je fais plutôt du renfort partout que de la formation. Mais j’ai quand même décidé de reprendre un poste classique de réanimation, où on travaille 12 heures de suite, avec des grosses semaines et des petites semaines, et en faisant deux mois de jour, puis un mois de nuit.