Le handicap intellectuel, oublié des priorités vaccinales

Par Caroline Boudet

Une grande partie des personnes porteuses d’un handicap mental ne sont toujours pas prioritaires à la vaccination, contrairement à ce qui se pratique dans des pays voisins. Elles ont pourtant sept fois plus de risque de décéder des suites d’un Covid-19.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est une situation incompréhensible. » Marion Aubry, vice-présidente de Toupi (Tous pour l’inclusion, association d’information et de soutien aux personnes porteuses de handicap cognitif), ne cesse de s’interroger. Elle a interpellé les autorités, sur les réseaux sociaux, par mail et via le Comité national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) : en France, au contraire de ce qui se pratique dans des pays voisins, les personnes qui vivent avec un handicap intellectuel ne sont pas prioritaires à la vaccination contre le Covid-19.