On accuse souvent Emmanuel Macron d’être le double de François Hollande. « La boucle est bouclée, mais vous savez, c’est une chaîne, la vie. Il y a des maillons successifs, a d’ailleurs déclaré ce dernier dimanche matin, à la sortie de son bureau de vote de Tulle (Corrèze). Mon successeur, avec sa propre vision, avec ses propositions, aura à continuer la marche. » Pendant toute la campagne de premier tour, la droite de François Fillon n’avait eu de cesse de dénoncer l’interchangeabilité des deux hommes, rebaptisés pour l’occasion « Emmanuel Hollande » et « François Macron ».