Pitié-Salpêtrière: des policiers frappent un étudiant dans sa résidence universitaire

Le 1er Mai, à la Pitié-Salpêtrière, Amadou, un étudiant de 23 ans, a été frappé sans explication par quatre policiers au sein même de sa résidence universitaire. Une « intrusion violente », et bien réelle celle-là, qui a été passée sous silence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Amadou* a désormais retenu la leçon : il ne faut jamais parler trop vite un 1er Mai à Paris. Cet étudiant de 23 ans ne manifeste jamais, mais avait juré à ses proches qu'il ne risquait rien comme résident, sur le passage du cortège. Quand sa mère l'a appelé dans l'après-midi pour s'inquiéter des images de violences qui tournaient en boucle sur les chaînes d'infos, Amadou s'est voulu rassurant : « Ne t’en fais pas, je vis dans un hôpital. » Réponse pleine de bon sens quand on est logé en résidence universitaire dans l'enceinte de la Pitié-Salpêtrière.