Le gouvernement choisit d’urbaniser le «triangle» de Gonesse

Par

Gare du nouveau métro, cité scolaire, esquisse d’un Rungis des circuits courts : l’exécutif veut bétonner une partie de ces terres agricoles au nom du développement de l’est du Val-d’Oise. La vision bureaucratique et centralisatrice du Grand Paris empêche la préservation des champs, de leurs cultures nourricières et de leur biodiversité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après des mois d’atermoiement, le gouvernement a finalement décidé d’urbaniser le « triangle » de Gonesse (Val-d’Oise). Jean Castex, le chef du gouvernement, doit se rendre vendredi matin, 7 mai, sur ces terres agricoles au nord de Paris, situées entre les aéroports du Bourget et de Roissy, pour y annoncer différents projets d’aménagement : la confirmation d’une gare du Grand Paris, une cité scolaire internationale, l’installation d’une administration et d’autres activités liées au « développement agroalimentaire », selon Matignon.