Un gâchis qui laisse la voie libre à l'hyper-président

Par

Cette élection européenne ne laisse qu'un sentiment, celui d'un gâchis. Pour l'Europe d'abord, tant l'objet supposé du débat de cette élection a été systématiquement escamoté. Pour la gauche, ensuite, tant ses divisions et ses incapacités à formuler un projet crédible ont été sanctionnées. Il est certes une vraie victoire, celle d'Europe-Ecologie. Mais un homme peut se féliciter, Nicolas Sarkozy : il n'a toujours pas d'opposition. Analyse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette élection européenne ne laisse qu'un sentiment, celui d'un gâchis. Pour l'Europe d'abord, tant l'objet supposé du débat de cette élection a été systématiquement escamoté. Pour la gauche, ensuite, tant ses divisions et ses incapacités à formuler un projet crédible ont été sanctionnées.