Amende de Sarkozy réglée par l'UMP : la justice ouvre une enquête

Par et

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur un « abus de confiance », après que Nicolas Sarkozy a fait payer par l'UMP l'amende de 363 615 euros que le conseil constitutionnel lui avait infligée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un chèque qui risque de coûter finalement plus cher à Nicolas Sarkozy qu'à l'UMP. Alors que le parti a réglé en 2013 la pénalité financière de 363 615 euros imposée à l'ancien candidat à la présidentielle (liée au rejet de son compte de campagne), le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête préliminaire sur d'éventuels « abus de confiance », « complicité » et « recel de ce délit », au préjudice de la formation politique. Elle est confiée à l'Office anticorruption de la police judiciaire de Nanterre.