«Charlie Hebdo» et Siné: l'exacte vérité sur le précédent de 1982

Par

Dans l'affaire Charlie Hebdo, les accusateurs de Siné rappellent un précédent de 1982 qui valut au caricaturiste une condamnation pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale. Cet épisode judiciaire est avéré et les propos qui furent alors sanctionnés sont antisémites. Mais les circonstances particulières de cette condamnation ne sont jamais rappelées : Siné fit une lettre d'excuses où il s'accablait lui-même et l'avocat de la Licra, Me Bernard Jouanneau, lui répondit publiquement en la qualifiant de «page du cœur». Mediapart a retrouvé ces deux textes que, depuis le début de l'actuelle polémique, aucun média n'avait recherchés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1982, dans la nuit du 16 au 17 août, Siné est l'invité de ce que l'on appelait à l'époque une radio libre, en l'espèce Carbone 14. L'animateur, lui-même humoriste provocateur, fera ensuite carrière, de Radio Nova à Europe 1, en passant par Canal Plus, sous le pseudonyme de Jean-Yves Lafesse. Il n'y a, sur cette antenne, ni format contraignant, ni pression publicitaire, mais, en revanche, des libations forcenées, au whisky semble-t-il, ainsi que des audaces détestables. Le résultat est une virée radiophonique nocturne qui tourne au désastre et au massacre.