A Montreuil, le Front de gauche choisit de se maintenir en vie

Par

Réunis samedi en assemblée générale, les représentants du conseil national du Front de gauche ont échangé sur leur diagnostic commun de la situation politique, mais n’ont guère avancé sur leurs perspectives stratégiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Front de gauche n’est pas mort, mais il ne bouge pas encore. Ce samedi, dans la salle des fêtes de la mairie de Montreuil, environ 200 responsables nationaux et cadres locaux, encartés et non-encartés, se sont reparlé. Toute la journée, à huis clos, sauf pour la dernière heure et demie, les interventions de trois minutes ont dégagé un consensus autour du rejet franc et massif du gouvernement Valls, mais rien de plus. Tout juste a-t-il été décidé une réunion du même type courant novembre, et énoncé une volonté de relancer d'ici là les assemblées citoyennes. Avec le sentiment, vu le peu d’enthousiasme ambiant, qu’il s’agissait là de formules de politesse, davantage que de réelle dynamique.