Le bilan de la loi sur la prostitution divise les associations

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La députée LREM du Var Valérie Gomez-Bassac s'est déclarée le 4 septembre  favorable à l'ouverture de maisons closes – « Ne serait-ce que pour les sécuriser et bénéficier de conditions correctes » – en dénonçant l'hypocrisie qui entoure selon elle la prostitution. « La solution n'est pas de s'attaquer aux clients, c'est très difficile pour la gendarmerie et cela n'enlève rien aux réseaux existants », a-t-elle affirmé sur France Bleu Provence.