Crise: Mediapart mis en examen pour avoir donné l’alerte

Par
Au début de l’année, Mediapart a publié sur son pré-site une enquête de Laurent Mauduit sur les Caisses d’épargne. Objectifs: présenter un cas d’école des dérives d’un capitalisme financier, illustrer le journalisme d’enquête. Aujourd’hui que la crise ébranle les Caisses d’épargne, en passe de fusionner avec les Banques populaires (lire l’article de Martine Orange), il n’est pas besoin de démontrer la pertinence de ce travail. Or voici qu’il nous vaut une cascade de mises en examen sur plaintes des dirigeants des Caisses d’épargne.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Dans le tohu-bohu de l'actuelle crise – hier financière, aujourd'hui économique et, peut-être, politique demain –, il est un mensonge aussi courant qu'énorme dont Mediapart est l'évident et vivant démenti. Nos gouvernants répètent à satiété que l'événement n'était aucunement prévisible, assurent n'avoir pas été alertés des dérives de nos établissements financiers et affirment découvrir des réalités cachées au point de faire les étonnés devant les folles rémunérations patronales. Ils se moquent grossièrement du monde et du peuple, et le feuilleton des Caisses d'épargne en est la plus implacable démonstration.

 

Entre le 28 janvier et le 2 février, Mediapart a publié sur son pré-site une grande enquête de l'un de ses fondateurs, Laurent Mauduit, sur les Caisses d'épargne. Reprise depuis et souvent confirmée par d'autres médias – par exemple Le Canard enchaîné, dans son édition du 1er octobre –, cette série a contribué à faire connaître notre projet autant démocratique que professionnel: défendre sur Internet une presse indépendante et un journalisme de référence. Lors du lancement définitif de notre journal en ligne, le 16 mars, nous avons évidemment repris les sept articles de Laurent, toujours accessibles dans nos archives.

 

Or cette investigation démontrait avec clarté ce qui semble aujourd'hui une évidence: la financiarisation sans retenue du capitalisme devenue une bombe à retardement pour l'économie réelle; la fuite en avant de dirigeants ayant pris des risques inconsidérés à l'abri d'une opacité organisée; le coût final pour les salariés concernés et pour la richesse publique. Il suffit de relire cette enquête à la lumière des événements récents pour en mesurer la pertinence et l'utilité: dans le respect des règles du journalisme professionnel, Mediapart jouait le rôle d'alerte démocratique qui incombe à une presse indépendante. Du désastre des «subprime» à l'aventure de Natixis, en passant par bien d'autres opérations fort coûteuses, nos investigations dévoilaient au grand jour les choix et décisions qui sont au cœur des actuelles difficultés des Caisses d'épargne. Dans ce cas précis, nos curiosités étaient d'autant plus légitimes que les Caisses d'épargne sont supposées remplir une mission d'intérêt public, notamment par le financement du logement social.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale