Roselyne Bachelot est privée de discours et d'élections régionales

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est un peu plus de 17 heures, mercredi 7 octobre, à la tribune de la Mutualité, à Paris. L'Institut national du cancer (INCa) clôt ses premières rencontres annuelles. Depuis le matin, plus de mille personnes, le ban et l'arrière-ban de la lutte contre le cancer, sont venues dans l'espoir d'en apprendre un peu plus sur le futur plan cancer 2009-2013. Le président de l'INCa, le professeur Dominique Maraninchi, est au pupitre et s'essaye à tenir encore un peu l'auditoire en haleine tandis que la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, entre dans la salle avec des membres de son cabinet. Quelques banalités vite expédiées et la ministre prend la parole. Coup de théâtre.