France Brève

Florange: Hollande se dit «garant» des engagements

Le président François Hollande a affirmé jeudi soir à propos de l’accord sur Florange entre le gouvernement et ArcelorMittal que les engagements seraient « tenus » et qu’il en serait « le garant ».

La rédaction de Mediapart

7 décembre 2012 à 08h44

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le président François Hollande a affirmé jeudi soir à propos de l’accord sur Florange entre le gouvernement et ArcelorMittal que les engagements seraient « tenus » et qu’il en serait « le garant ». Concernant l’avenir des hauts-fourneaux, le chef de l’Etat a fait aussi « la promesse » de faire en sorte que « ce qui a été engagé aussi pour faire que (le) projet Ulcos voie le jour auprès de l’Europe s(oit) mené à bien ».

« Le gouvernement a pris des décisions, (dont celle) d’obliger l’actuel industriel Mittal à faire des investissements qui n’ont que trop tardé et à engager un plan Ulcos qui doit permettre qu’il y ait un avenir pour la filière chaude », a déclaré François Hollande en marge d’un déplacement à Emmaüs. Le président dit savoir « les inquiétudes, les doutes ». « Compte tenu du passé, des manquements, j’ai vu la détresse et la colère, j’en mesure aussi les causes. »

Il a expliqué : « Ma responsabilité est de faire qu’il y ait un avenir pour Florange et tous les engagements qui ont été pris seront tenus. Ce qui a été engagé aussi pour faire que ce projet Ulcos voie le jour auprès de l’Europe sera mené à bien, j’en fais ici la promesse. »

L’annonce de difficultés techniques concernant le projet expérimental Ulcos de captage/stockage du CO2, sur lequel se fondent les espoirs des ouvriers lorrains, a ravivé jeudi la colère des syndicats au lendemain d’une rencontre tendue avec le premier ministre. Dans l’entourage du chef de l’Etat, cité par l'AFP, on a reconnu qu’il « existait un doute » concernant le respect par Mittal des engagements.

Alors que Mittal a annoncé jeudi son retrait du projet Ulcos 1, la présidence insiste sur le fait que ce dernier « s'était engagé » sur Ulcos 2. S’il « y avait eu un retrait d’Ulcos, ça aurait été là une trahison même par rapport à l’accord puisque dans l’accord il y a Ulcos ». « Il était déjà prévu que Ulcos 1 ne serait pas présenté », explique l'entourage du chef de l'Etat.

La rédaction de Mediapart


43 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne