Florange: Hollande se dit «garant» des engagements

Par

Le président François Hollande a affirmé jeudi soir à propos de l’accord sur Florange entre le gouvernement et ArcelorMittal que les engagements seraient « tenus » et qu’il en serait « le garant ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le président François Hollande a affirmé jeudi soir à propos de l’accord sur Florange entre le gouvernement et ArcelorMittal que les engagements seraient « tenus » et qu’il en serait « le garant ». Concernant l’avenir des hauts-fourneaux, le chef de l’Etat a fait aussi « la promesse » de faire en sorte que « ce qui a été engagé aussi pour faire que (le) projet Ulcos voie le jour auprès de l’Europe s(oit) mené à bien ».

« Le gouvernement a pris des décisions, (dont celle) d’obliger l’actuel industriel Mittal à faire des investissements qui n’ont que trop tardé et à engager un plan Ulcos qui doit permettre qu’il y ait un avenir pour la filière chaude », a déclaré François Hollande en marge d’un déplacement à Emmaüs. Le président dit savoir « les inquiétudes, les doutes ». « Compte tenu du passé, des manquements, j’ai vu la détresse et la colère, j’en mesure aussi les causes. »

Il a expliqué : « Ma responsabilité est de faire qu’il y ait un avenir pour Florange et tous les engagements qui ont été pris seront tenus. Ce qui a été engagé aussi pour faire que ce projet Ulcos voie le jour auprès de l’Europe sera mené à bien, j’en fais ici la promesse. »

L’annonce de difficultés techniques concernant le projet expérimental Ulcos de captage/stockage du CO2, sur lequel se fondent les espoirs des ouvriers lorrains, a ravivé jeudi la colère des syndicats au lendemain d’une rencontre tendue avec le premier ministre. Dans l’entourage du chef de l’Etat, cité par l'AFP, on a reconnu qu’il « existait un doute » concernant le respect par Mittal des engagements.

Alors que Mittal a annoncé jeudi son retrait du projet Ulcos 1, la présidence insiste sur le fait que ce dernier « s'était engagé » sur Ulcos 2. S’il « y avait eu un retrait d’Ulcos, ça aurait été là une trahison même par rapport à l’accord puisque dans l’accord il y a Ulcos ». « Il était déjà prévu que Ulcos 1 ne serait pas présenté », explique l'entourage du chef de l'Etat.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale