Dans le grand Est, la droite rétrécie à un département

Par

Un FN en tête dans 9 départements sur 10 dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Une droite qui ne s'impose que dans le Bas-Rhin et un candidat socialiste qui se maintient malgré l'injonction de se retirer de la direction du parti. Entretien avec le politologue Philippe Breton sur la faiblesse des propositions politiques dans cette région.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alerte et grandes manœuvres dans le grand Est. À l’issue du premier tour des régionales, Florian Philippot s’impose largement dans la future grande région ACAL (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine) en obtenant 36,06 % des voix. Le FN arrive en tête dans neuf départements, et seul le Bas-Rhin a préféré la liste de droite menée par Philippe Richert, 62 ans. Le président de l’actuelle région Alsace n’a pu réitérer sa prouesse de 2010, où sa région était la seule en bleu dans une France tout en rose : ce dimanche, le département du Haut-Rhin (avec Mulhouse et Colmar) a choisi de se tourner vers le FN et au bout du compte, la liste Les Républicains obtient 25,83 % des voix de la grande région.