A la Martinique, la crise des sargasses connaît une nouvelle année

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Martinique, de notre envoyée spéciale.– « Un jour je me suis réveillé, et j’ai vu la mer rouge. Je n’ai pas voulu le croire. La nappe était tellement épaisse que les oiseaux se posaient dessus », raconte Édouard Jean-François, habitant du front de mer du Robert, l’une des communes martiniquaises les plus durement touchées par les sargasses. L’année qui vient de s’écouler lui a arraché ses contemplations marines depuis son balcon, ensanglantant la baie de longs mois durant et figeant le logis dans l’insoutenable puanteur de la décomposition des algues échouées.