A la raffinerie Total de Grandpuits, un combat social teinté de vert

Par

Le 7 janvier, les salariés de la raffinerie Total de Grandpuits ont voté la reconduction de la grève contre le projet de transformation du site en plateforme « zéro pétrole », dénonçant la casse sociale et un mensonge écologique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Grandpuits (Seine-et-Marne).– Il s’est mis à neiger. Peu après 14 heures, le 7 janvier, sur le parking de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), l’assemblée générale des salariés débute, dans le froid mordant, autour du brasero. Des dizaines de palettes sont empilées pour alimenter le foyer bienfaisant. Après quatre jours d’arrêts de travail, qui succèdent à des débrayages cet automne, les délégués syndicaux (CGT, CFDT, FO) assurent n’avoir jamais vu autant de monde prêt à se mobiliser. La grève est reconduite jusqu’au lundi 11 janvier, à l’unanimité des présents.