18. Le FN et le numérique, la presse

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Il me semble que les solutions choisies enrichissent d'abord les propriétaires de sites, les artistes passent après et des lois comme HADOPI le confirme. Je conçois qu'un système équitable qui reconnaît le droit de la création sur internet soit difficile à trouver mais peut-être pas impossible. Ceci étant qu'est-ce que le traité ACTA ? Je vais essayer de trouver une réponse !

Bonjour,

voici les derniers articles, liens et billets publiés à propos d'ACTA sur le site http://www.mediapart.fr/journal/mot-cle/ACTA

  • Nouveau
  • 13/02/2012 15:24
  • Par

Vraiment urgent de comprendre que tout principe basé sur taxes pour les revenus, principes ou système de mesures sur écoutes et consultations, ceci avec l'état au milieu en grand redistributeur vers les créateurs, est bien entendu non seulement techniquement infaisable, mais surtout en rien souhaitable !

 

Il y a-t-il encore quelqu'un (ou une) qui comprenne ce que cela veut dire ?

C'est à dire approche monitoring à tout va des flux utilisateurs ? (dans la ligne hadopi d'ailleurs)

 

http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/

 

Et puis de toute manière strictement infaisable dans l'environnement "longue traîne"(cf wiki) du contenu actuel, et en plus au dessus d'infrastructures de piratage ne partageant aucun SYSTEME DE REFERENCES pour identifier les oeuvres ou mêmes éditions (type ISBN, ISAN, IMDB, ISWC, etc).

 

Dire le contraire est du pur mensonge ou de l'ignorance (parler de "panel" comme pour médiamétrie est complétement grotesque, à part pour les tubes radios/télés tout au plus, donc œuvres petite diffusion encore perdantes)

 

Et je sais bien que l'informatique est dans un syndrome paroxystique du "cordonnier toujours le plus mal chaussé" à ce sujet (les références, transformé en maladie de coller virtuel ou immatériel partout quand le "problème" est strictement le même que dans d'autres domaines), mais quand même !

 

Mais si "il n'y aura pas de légalisation des échanges illicites"(Fleur Pellerin midem), alors quoi ?

 

Ce qu'il faut c'est ça :

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/

Et c'est cela qui permettrait de vrais nouveaux entrants, rééquilibrages créateurs/éditeurs, vraie plus value "expérience utilisateur" à acheter par rapport à pirater, baisse des prix, réductions étudiants ou chomeurs, et aussi moins de "quincaillerie" accumulée pour chacun, ce qui permettrait pourquoi pas ? Un certain rééquilibrage budget "contenu"(culturel ou connaissances) et budget "machines et appareils" ?

 

Et ce nouveau rôle et organisations associées, exactement les mêmes que pour la problématique "identité sur le net" (bataille rangée actuelle pour se loguer à travers profils facebook, twittrr, g+ etc sur quasi tous les sites, même si surtout presse actuellement, avec données personnelles associées et compagnie) :

http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

Problématique ou rappelons le, absolument AUCUN besoin d'ID unique par personne partagé entre les acteurs pour que "les choses fonctionnent sans friction".

 

Quant au piratage, piratage zéro absolument aucune importance, et si "lutte" vers les centres et non utilisateurs finaux bien évidemment :

http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous