Des pensions pour les victimes non françaises de la guerre d'Algérie

Par
Le Conseil constitutionnel a ouvert jeudi à toutes les victimes de la guerre d'Algérie un droit à des pensions auparavant réservées aux seuls détenteurs de la nationalité française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Le Conseil constitutionnel a ouvert jeudi à toutes les victimes de la guerre d'Algérie un droit à des pensions auparavant réservées aux seuls détenteurs de la nationalité française.