Dans les couloirs du métro, cinq jeunes filles de dos, un tissu mauve sur les cheveux, le mur en guise de support pour des tract improvisés. Elles crayonnent les mots solidarité, égalité, féminisme sur des feuilles A4, avant de débouler place de la République, à l’occasion du 8 mars et de la journée internationale du droit des femmes. Cette année, la coloration est particulière puisque, pour la première fois, un appel national et intersyndical à la grève a été lancé, en plus des traditionnels rassemblements d’organisations féministes.