Espionnage de Greenpeace: EDF nie toujours

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire d'espionnage informatique visant notamment Greenpeace, qui aurait été espionné à la demande d'EDF, a connu un nouveau développement, mardi 7 avril. Le juge de Nanterre (Hauts-de-Seine), Thomas Cassuto, a procédé dans son cabinet à une confrontation entre tous les mis en examen – ils sont quatre au total. Chacun est resté sur ses positions, de sorte que, pour le moment, le magistrat ignore toujours la connaissance que pouvait avoir la direction d'EDF de la surveillance informatique destinée à infiltrer l'organisation écologiste.