Voiture de police incendiée à Paris: neuf personnes renvoyées en correctionnelle

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 08/06/2017 17:31
  • Par

Vont les condamner au moins à hauteur de la détention qu'ils ont fait, ca la ficherai mal de filer des indemnités pour détention inopérante, apres avoir autant médiatisé l'affaire.

"participation à un groupement en vue de la préparation de violences ou dégradations" .. c'est quoi ce délit(re) ?!

Si je décide de jeter dans l'habitacle (occupé) d'un véhicule un cocktail Molotov c'est pour tuer par le feu... Je ne comprend pas ces chefs d'accusations...

Comme cela est indiqué dans l'article, aucun engin inflammable n'a été jeté dans la voiture, mais un fumigène.

...fumigène qui s'est finalement trouvé plus inflammable que prévu, puisqu'il a foutu le feu dans ce véhicule !

Mais je ne crois pas qu'il faille tourner autour du pot sur ce détail. Il y a une manifestation ciblée contre la répression des forces de l'ordre vécue pendant cette période, et un véhicule symbolisant ces mêmes forces se trouve là. Mauvais endroit, mauvais moment...

Le rôle de la justice dans un pays républicain et démocratique, c'est de dire le droit tout en calmant le jeu. Ce que n'a pas fait le personnel politique de l'époque, alors qu'il devrait répondre à la même mission !

N'importe quoi d'un petit peu inflammable est susceptible de mettre le feu à un véhicule ce qui ne permet pas de déduire une intention homicide de la part de l'auteur du dommage.

...fumigène qui s'est finalement trouvé plus inflammable que prévu, puisqu'il a foutu le feu dans ce véhicule !

Au bout d'un certain temps, pour ne pas dire d'un temps certain... Ce qui pose un probléme : n'y aurait il pas eu un grave  manquement dans l'action des forces de l'ordres (qu'ont elles fait dans le temps assez significatif entre la présence d'un fumigéne dans la voiture de patrouille et le déclenchement du feu ?) Assez bizzarrement, c'est une question qu'on a jamais posée. Peut être d'ailleurs aurait elle une réponse tout a fait défendable (il y aurait peut être des tas de raisons pour cela, mais ces raisons posent peut être d'autres questions sur la responsabilité des "forces de l'ordre") mais de toute façon, la question n'a pas été posée...

vous etes de chez nous.... alors Solidarité

En même temps, s'il n'y avait pas eu une attaque contre cette voiture de police, des coups portés contre son occupant et un incendie de ladite voiture, toutes activités qui ne sont ni banales ni tolérables dans une démocratie, la question de la "responsabilité" de la police n'aurait pas lieu d'être...

Ladite question de responsabilité perd d'ailleurs beaucoup de son intérêt dans la mesure où une action policière contre cette voiture ne semble pas avoir été évoquée par quiconque...

Suggèreriez-vous que les attaquants de la voiture incendiée auraient été manipulés, voire commandés par quelque autorité policière pour commettre leur délit ?

"Suggèreriez-vous que les attaquants de la voiture incendiée auraient été manipulés, voire commandés par quelque autorité policière pour commettre leur délit ?"

ça n'est bien sûr jamais arrivé   ;)

la question de la "responsabilité" de la police n'aurait pas lieu d'être...

Si tout s'était bien passé, nous sommes bien d'accord : nous n'échangerions pas sur cette affaire. Affaire qui a eu lieu, et comme toutes les "affaires qui se sont mal passées", le bilan donne lieu a des faits imbriqués (l'action des policiers, celui des manifestants, celui de ceux qui sont accusés des faits qu'on leur reproche, les médias, etc)

Cette affaire a quand même une particularité notable : elle s'est déroulée quasi totalement sous l'oeuil des caméras. D'habitude, les caméras ne sont pas présente, et ça se termine par une bataille "témoignage contre témoignabe". Ce n'est pas le cas ici, et ça devrait amener tout le monde à un peu plus de prudence...

Concernant la responsabilité des uns et des autres, je suis désolé, mais la police ce n'est pas de simples quidams, ce sont ceux qui ont "le monopole de la violence légitime", ce qui leur donne des droits et des devoirs. D'autre part, il me semblait bien qu'on était en république, et dont là aussi les "institutions" de l'état sont censé être les notre. Ces deux raisons font que la responsabilité de la police sont un élément déterminant de cette affaire.

Il faut avoir vécu cette situation pour pouvoir en parler. D'une, la place de la République était bloquée à plus de 300 mètres de son périmètre. Deux, j'ai dû donc faire le tour de cette place pour retrouver un attroupement de contre-manifestants, donnant directement sur la place, où se réunissaient les flics. Pour qu'elle  raison cette rue n'était-elle pas bloquée, comme les autres par les forces de l'ordre ? Fallait-il donner de l'image aux médias, pour justifier de la haine des flics  ? Il en ont eu pour leur argent ensuite...

Car, après avoir été chargé et gazé, comme à l'accoutumé, les contre-manifestants se sont dirigés sur les quais, leurs seules issues de sortie.  Et là, deux cents mètres plus loin, une voiture de flics se pointe, prise dans les embouteillages. Il n'y a eu aucun geste de malveillance. Mais cette voiture est là, présente, symbole d'une répression inadmissible et que chaque manifestant ayant participé aux rassemblements contre la loi Travail a ressenti au plus profond de son être. Alors... Les deux flics n'ont pas été tués, l'une à plutôt été aimablement invitée à sortir de la voiture, quant à Jacky Chan, heureusement qu'un manifestant lui a demandé de rentrer son arme qu'il avait dégainé dans sa voiture...

Par conséquent, l'histoire se résume à une voiture de police brûlée, alors que les policiers avaient été préalablement invités à sortir du véhicule. Que demande de plus le peuple ! 

En fait c'était une sorte de sympathique pique-nique ou les merguez ont grillé un peu trop vite.

Vous devriez être avocate laughing.

Et vous, avec votre manie de juger avant de connaitre les faits, vous seriez idéal en procureur macronien : le futur gouvernement va en avoir beaucoup besoin, si on en croit le programme de régression sociale, politique et démocratique qu'il s'appréte à suivre....

> vous seriez idéal en procureur macronien

Bof j'ai pas voté pour lui.

Je n'vais pas les moyens de me payer des études aussi longues, sachant que les merguez cuisent plus vite !! 

En fait, ce que je sais depuis des mois c'est qu'il s'agit de fils de bonnes familles en adolescence prolongée & pour qui la justice sera clémente par proximité socio-culturelle. Ainsi va notre société, qui, par confort, dans un premier temps tend à faire porter insidieusement le chapeau à des catégories sociales vues de haut. Ces encore enfants auront plus tard belles familles & positions sociales itou. Constat sans méchanceté aucune. La société parisienne nous emmerde souvent avec ses oedipes convulsifs & l'écho national qu'elle leur donne, mais cela arrive aussi en province.

'il s'agit de fils de bonnes familles en adolescence prolongée & pour qui la justice sera clémente par proximité socio-culturelle.

Je vous propose de considérer les faits et non pas vos fantasmes, pour constater que vos affirmations buttent sur le mur de faits facilement vérifiable. Car ceux des principaux accusés qui sont censé fairen partie de cette soit disant "fils de bonne famille en adolescence prolongée"  n'ont aucunement bénéficié de cette légendaire "mansuétude de la justice" qui n'existe que dans vos chiméres. Les deux fréres dont on a parlé avec insistance dans ces colonnes ont fait plusieurs mois de détention dans une maison d'arret. On connait mieux comme "mansuétude de la justice bourgeoise"...

Pas un seul arabo-musulman dans le groupe, c'est un Suisse qui a lancé le fumigène incendiaire ... Il ne s'agit donc pas d'un attentat terroriste.  

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

J'ai fait le choix de ne pas dévoiler les identités des personnes renvoyées devant le tribunal, dans la mesure où il ne s'agit pas de personnalités publiques, qu'elles n'exercent pas de fonctions éminentes, et qu'elles sont présumées innocentes. Les âges indiqués sont actuels.