Gare du Nord, une nouvelle génération de militants

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À une heure de grande écoute, Anasse Kazib est interrogé sur la dette de la SNCF par Les Grandes Gueules de RMC. Pas intimidé, le cheminot reprend Alain Marschall de volée : « Cette histoire de dette, c’est juste une plaisanterie ! » Avant de lancer, comme s’il était en assemblée générale dans sa gare : « On va payer la dette d’une direction SNCF et de gouvernements qui ont choisi leurs lignes de TGV, à l’image d’Alain Juppé qui s’est fait Paris-Bordeaux. » Mais si sa médiatisation a fait d’Anasse Kazib un cas à part, il est aussi le symbole de cette nouvelle génération de jeunes leaders syndicaux, prêts à en découdre, qui a émergé de ces deux mois de grève.