Discrimination: l’université de Lille refuse de sanctionner un enseignant allergique au voile

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En septembre dernier, Assma, 23 ans, en troisième année de licence d’histoire à l’université de Lille, veut réaliser un rêve ancien : s’initier à la boxe. La jeune femme a envie de se dépenser physiquement, de « forger son mental », mais aussi, pourquoi pas, d’apprendre les rudiments pour se défendre en cas d’agression. Elle considère également le sport comme « un vecteur d’émancipation ». Cela tombe bien, l’université propose des cours de boxe, non notés.