Contrôles au faciès à la gare du Nord : l'État condamné pour « faute lourde »

Par

Dans une décision rendue mardi, la cour d'appel de Paris reconnaît les contrôles au faciès subis par trois lycéens à la gare du Nord, en mars 2017. Elle condamne l’État pour « faute lourde » et ordonne le versement de 1 500 euros aux plaignants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La décision de la cour d’appel de Paris rend enfin justice à ces jeunes qui ont eu le courage de saisir la justice pour défendre leur dignité », se félicite leur avocat, Me Slim Ben Achour.