Lanceur d'alerte recherche protection désespérément

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Généralement par civisme, parfois par intérêt ou faute de choix, ils ont tiré la sonnette d’alarme pour alerter l’opinion publique. Certains sont médiatisés, d’autres s’en remettent à leur hiérarchie et en subissent parfois les brimades. Des affaires Karachi à Cahuzac, en passant pas le Mediator, l’actualité a mis en lumière des employés dénonçant des actes de fraudes, parfois extrêmement graves. À Paris, un colloque organisé par l’ONG anti-corruption Transparency International France était consacré, jeudi 4 juillet, à la question de ces lanceurs d’alerte.