Front national: les réseaux obscurs de Marine Le Pen

Par
Ce week-end à Nice, Marine Le Pen affichera son «nouveau FN». Mais derrière l'opération «dédiabolisation», des personnages moins présentables œuvrent toujours. Dans Le Système Le Pen, publié le 8 septembre, deux journalistes mettent en lumière ces cercles de fidèles, de ralliés, de revenants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Dédiabolisation». Le mot est de Marine Le Pen, elle ne cesse de le répéter depuis son émergence médiatique, un soir électoral de 2002. La présidente du FN s'efforce de faire croire que son parti n'est plus «d'extrême droite» et qu'«Obama est plus à droite qu'(elle)». Elle aime raconter qu'un groupe d'experts issus de la société civile l'alimente en notes. Qu'elle a purgé son parti de la frange dure, banni les skinheads. Et que, finalement, elle ne fait pas d'autre constat sur l'euro que celui de grands économistes, comme Jacques Sapir.