La nouvelle génération de l'UMP ne veut plus « courir après le FN »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Nice (Alpes-Maritimes). Il aura fallu un sondage plaçant Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2017 pour que l’UMP s’inquiète de nouveau du Front national. Ou plus précisément, pour qu’une partie de ses responsables se décide à refaire du FN un adversaire dont les « idées pernicieuses » – pour reprendre les mots tenus samedi 6 septembre par Alain Juppé au campus de La Baule (Loire-Atlantique) – devraient être attaquées par la droite, au lieu d'être récupérées.