Affaire Bettencourt : « Le comportement abusif de Nicolas Sarkozy »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le grand, l’insondable paradoxe de la décision prise par les juges d’instruction de l’affaire Bettencourt. Tout en faisant bénéficier Nicolas Sarkozy, initialement poursuivi pour « abus de faiblesse », d’un non-lieu pour insuffisance de charges, les magistrats assortissent leur ordonnance de considérations très peu flatteuses, voire cruelles, pour l’ex-président de la République.