Avant la privatisation, ADP laisse prospérer la souffrance de ses salariés

Plusieurs salariés d’Aéroports de Paris témoignent d’un laisser-faire de leur hiérarchie sur la souffrance au travail. Une plainte pour homicide involontaire et harcèlement a été déposée cet été par la famille d’un chef d’atelier décédé. Un autre poursuit l’entreprise pour harcèlement. Les syndicats sont unanimes : la privatisation ne se fait pas sans douleur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Aéroports de Paris sera bientôt à vendre, à moins d’un coup de théâtre. Le groupe, très rentable, a longtemps bénéficié d’une réputation flatteuse auprès de ses salariés, avant de changer de braquet depuis le début de sa privatisation en 2005.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

dossier

par La rédaction de Mediapart

Politique — Reportage

par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal